L’Autorité nationale des urgences et de la protection civile (ANEPC) a porté à 12 arrondissements un statut d’alerte spéciale de niveau jaune en raison du risque élevé d’incendie, a annoncé aujourd’hui le ministre de l’Intérieur.

« Il y avait 10 quartiers identifiés en alerte jaune et aujourd’hui deux autres quartiers seront classés. Une partie importante du territoire est déjà classée en alerte incendie », a déclaré José Luís Carneiro aux journalistes à Lisbonne à l’issue d’une conférence qui marquait le 20e anniversaire de la restauration de l’indépendance de la République démocratique du Timor-Leste.

Les quartiers de Leiria et Coimbra rejoindront Bragança, Guarda, Viseu, Vila Real, Castelo Branco, Portalegre, Évora, Santarém, Beja et Faro, qui depuis 00h00 aujourd’hui sont en alerte jaune, un niveau qui se maintiendra jusqu’à 23h59. le samedi.

L’ANEPC dispose de cinq états d’alerte pour déterminer la prévention des agents de la protection civile et le degré de préparation du dispositif de lutte contre l’incendie, le Vert, de normalité, et quatre spéciaux : le Bleu, d’un degré de risque modéré, le Jaune, de gravité modérée. , Orange, à haut risque, et Rouge, à risque extrême.

Le ministre a indiqué que la disponibilité des moyens a permis une mobilisation des agents en fonction du risque d’incendie, soulignant que l’ANEPC « surveille en permanence » la situation.

Le responsable a également souligné que cette année le Dispositif spécial de lutte contre les incendies ruraux (DECIR) dispose d’un renfort en personnel de terrain, d’équipes et de moyens de mobilité de projection pour l’attaque initiale, en plus d’avoir mené une campagne à travers le pays de supervision.

« Depuis les incendies de 2017 et jusqu’à aujourd’hui, la structure nationale d’urgence et de protection civile, en lien avec les agents de la protection civile, se forme de plus en plus pour une réponse plus efficace et efficiente aux incendies », a-t-il dit, notant que, quels que soient les moyens et leur formation, « qui aujourd’hui sont plus importantes, rien ne dispense de la responsabilité les comportements individuels ».

José Luís Carneiro a soutenu que « tous les moyens disponibles ne dispensent pas des attitudes individuelles de responsabilité », la prévention des incendies dépend « des pouvoirs publics, mais aussi des attitudes individuelles », car « les comportements responsables contribuent énormément à aider le dispositif qui est préparé en le pays pour répondre aux incendies ».

« Nous aurons une augmentation significative des températures, les précipitations ont également diminué. Il y a des risques accrus du point de vue des incendies. L’appel que nous lançons est que tout le monde essaie d’avoir ces comportements responsables », a-t-il déclaré.

Le ministre a également indiqué que « tout a été fait pour garantir la capacité à répondre aux défis qui peuvent se présenter », à savoir la capacité à prévenir et à préparer les moyens et le dispositif ANPEC.

Les moyens de lutte contre les incendies ruraux ont été renforcés dimanche dernier et jusqu’au 31 mai, 9.630 opérationnels sont sur le terrain, comprenant les 2.282 équipes et 2.165 véhicules des différents agents présents sur le terrain, en plus des 37 moyens aériens.

Les moyens de lutte contre les incendies ont de nouveau été renforcés le 1er juin, mais c’est entre juillet et septembre, connue pour la phase la plus critique, la période qui mobilise le plus gros dispositif, avec 12 917 opérationnels, 3 062 équipes, 2 833 véhicules disponibles cette année et 60 moyens aériens. .

CMP // ZO