« Cette crise [pandémica] il a clairement démontré la fragilité de certains des secteurs économiques les plus forts et les plus prometteurs qui étaient des domaines de spécialisation naturelle dans de nombreuses régions. C’est le cas du tourisme », a-t-il déclaré.

Et il a renforcé : « Cela signifie que nous, de plus en plus pour l’avenir, ne pouvons pas dépendre autant et seulement d’un seul secteur économique, nous devons avoir la capacité de développer et d’activer d’autres secteurs économiques, car de nouvelles crises peuvent survenir et nous ne pouvons pas être aussi fragiles. face à ces crises comme nous l’étions cette fois.

Le secrétaire général socialiste, qui est également Premier ministre, s’exprimait à Funchal, devant des militants socialistes et des maires, lors de la présentation de la motion d’orientation politique, qui l’amène au congrès du PS, les 10 et 11 juillet, intitulée « Récupérer le Portugal, garantir l’avenir ».

« Cela ne veut pas dire que nous ne devons pas nous battre et continuer à nous battre pour renforcer et soutenir des secteurs comme le tourisme », a-t-il déclaré, soulignant toutefois la nécessité de miser sur la « diversification de l’offre touristique » dans chacun des Régions.

António Costa a souligné l’importance du marché britannique pour le Portugal, soulignant qu’il devrait rester actif, mais a déclaré que le pays doit rechercher de nouveaux marchés sources en plus des marchés traditionnels.

« Il est aussi temps, de plus en plus, de se tourner vers d’autres marchés, afin que nous ne soyons pas seulement dépendants d’un seul marché », a-t-il déclaré, renforçant : « Cette dépendance est une faiblesse ».

Le secrétaire général du PS a en revanche déclaré qu’il y a de nombreux domaines dans lesquels le pays devrait investir pour diversifier la base économique et a assuré que sa motion d’orientation politique va dans ce sens et prend en compte quatre enjeux stratégiques : la démographie, le changement climatique. , la transition numérique et la lutte contre les inégalités.

António Costa a également souligné l’océan comme une « énorme richesse que possède le pays ».

« C’est 80% de notre territoire, grâce à la profondeur atlantique que nous offrent les Açores et Madère, et ils ne peuvent pas continuer à être les grands oubliés de notre processus de développement », a-t-il déclaré. Et il a renforcé : « Au contraire, ils doivent être l’un des grands atouts de notre processus de développement.

DC // JPF

Lusa/Fin