Le Premier ministre portugais, António Costa, a déclaré aujourd’hui, à Sines, que l’Europe doit faire un effort pour se réindustrialiser et, en même temps, pouvoir l’associer à une politique commerciale plus active.

Le chef du gouvernement portugais a également défendu, dans un discours après la signature d’un contrat d’investissement entre le gouvernement et Repsol, que « l’autonomie stratégique de l’Europe est essentielle » et que l’Union européenne (UE) « ne peut être aussi dépendante que il s’agit de biens essentiels ».

A titre d’exemple, il a rappelé le manque de « choses aussi basiques que des masques » au début de la crise pandémique du covid-19, mais aussi, aujourd’hui, « le manque de puces électroniques qui paralysent aujourd’hui de nombreux secteurs d’activité en raison de pénuries et de ruptures de La chaîne d’approvisionnement ».

« Oui, l’Europe ne peut pas être aussi dépendante du monde extérieur. Elle doit faire un gros effort pour se réindustrialiser et elle doit pouvoir recommencer à produire en Europe ce que nous avons délocalisé de manière inattendue dans d’autres régions du monde », a souligné le Premier ministre portugais.

Cependant, « cette autonomie stratégique ne peut signifier protectionnisme ou isolement », a rappelé António Costa.

« Cela doit signifier renforcer les capacités industrielles, mais cela doit aussi pouvoir associer cet effort à une politique commerciale plus active, qui valorise ce qui est la plus grande force de l’Europe, qui est d’être l’une des trois plus grandes économies à l’échelle mondiale. C’est notre grande force et c’est cette force que nous devons rassembler », a-t-il affirmé.

À cet égard, António Costa a estimé que le contrat d’investissement signé aujourd’hui entre le gouvernement et Repsol, qui prévoit des incitations fiscales allant jusqu’à 63 millions d’euros pour un projet d’une valeur de 657 millions d’euros, « montre que tout cela est possible et ne doit pas si vous vous en tenez aux mots et à la parole ».

« [São] deux nouvelles usines qui produiront des biens essentiels pour soutenir l’ensemble de l’industrie européenne, de l’industrie automobile à l’agroalimentaire. Et cela renforce notre autonomie, mais ne nous coupe pas du monde. Et c’est pourquoi de ces deux usines, 90 % [da produção] ils seront d’ailleurs destinés à l’exportation. Car il est de plus en plus essentiel pour nous d’exporter sur l’ensemble du marché mondial », a conclu le Premier ministre.

António Costa s’exprimait à Sines après la signature du contrat d’investissement entre Repsol et le gouvernement, qui prévoit des incitations fiscales pouvant aller jusqu’à 63 millions d’euros pour un projet d’une valeur de 657 millions d’euros, qualifié de « plus gros investissement industriel de la dernière décennie ».

Le contrat signé aujourd’hui entre l’entreprise et le gouvernement, au complexe industriel de Sines, permettra à Repsol d’investir dans la construction de deux usines de polymères, chacune d’une capacité de 300 000 tonnes par an, avec des produits 100% recyclables.

Selon l’entreprise, les technologies des deux usines, dont l’achèvement est prévu pour 2025, « garantissent une efficacité énergétique maximale, sont des leaders du marché et les premières du genre à être installées dans la péninsule ibérique ».

Repsol prévoit que, dans la phase de construction, le projet emploiera en moyenne 550 personnes, atteignant un pic de plus de 1 000 emplois. Il prévoit également « une augmentation nette des emplois » d’« environ 75 emplois directs et 300 emplois indirects ».

SYL/HYN // SF

Le contenu António Costa affirme que l’Europe doit faire un effort pour se réindustrialiser apparaît d’abord à Visão.