Le Premier ministre a déclaré aujourd’hui que le Portugal se trouve à un tournant dans la lutte contre le covid-19, soulignant le taux élevé de vaccination parmi les Portugais, et s’est dit confiant que la nouvelle année scolaire se déroulera sans encombre.

António Costa s’exprimait au terme d’une visite d’un peu plus d’une heure au Groupe scolaire Dona Filipa de Lencastre, à Lisbonne, au cours de laquelle il marquait pour la sixième fois l’ouverture de l’année scolaire, avec son ministre de l’Éducation, Tiago Brandão Rodrigues.

Dans un bref discours, António Costa a déclaré que « grâce à la vaccination, il est possible de considérer que la pandémie de covid-19 est sous contrôle » et que c’est le moment « d’exprimer une très profonde gratitude aux communautés scolaires ».

«Ils n’ont pas laissé l’école s’arrêter même lorsque l’école a dû fermer physiquement pour pouvoir contrôler la pandémie. C’était comme ça en mars 2020 et c’était encore comme ça en janvier 2021. Ce furent des moments très difficiles, mais dans lesquels il y a eu un effort extraordinaire, par tous les moyens, pour que l’école n’abandonne pas ses élèves », s’est-il défendu.

Selon le Premier ministre, le Portugal est désormais « à un tournant » et il y a des raisons d’affronter « une année scolaire avec la confiance de pouvoir se dérouler sans heurts tout au long de son cursus ».

« Cette année ne sera pas juste une autre année scolaire. Aujourd’hui n’est pas seulement le premier jour du reste de nos vies, car nos vies devront continuer à être différentes », a observé António Costa, qui quelques instants auparavant avait entendu un groupe d’étudiants interpréter cette chanson de Sérgio Godinho.

Le chef de l’exécutif en a ensuite profité pour avertir que, malgré les progrès du pays dans la lutte contre le covid-19, les mesures de sécurité contre la propagation de la maladie resteront indispensables, « pour éviter que la pandémie ne dégénère ».

« Mais nous devons aussi faire un effort accru pour que l’une des marques que le covid-19 a laissées ne perdure pas dans notre société », a-t-il souligné ensuite, ici dans une allusion aux conséquences en termes d’enseignement des périodes de temps. dans lequel les cours en personne ont été suspendus.

L’absence de cours en présentiel, selon le Premier ministre, « a accru les inégalités et perturbé le développement normal [educativo] des enfants – et c’est une marque qui ne peut pas rester à vie et qu’il est important de surmonter au cours des deux prochaines années scolaires ».

« Le programme de reprise des apprentissages, qui sera mis en place cette année et l’année prochaine, demande vraiment un effort accru de la part de tous pour que personne ne soit laissé pour compte. A la fin de la prochaine année scolaire, il faut viser à arriver au bout et pouvoir dire que non seulement le covid-19 est passé, mais ce que le covid-19 a perturbé par rapport au processus d’apprentissage est aussi passé », a-t-il soutenu.

Dans ce contexte, il a promis que, dans ce processus de reprise des apprentissages, les communautés éducatives peuvent compter sur le ministère de l’Éducation « tant dans le renforcement des moyens, en termes de matériels pédagogiques, qu’en termes aussi de techniques ».

« C’est une belle occasion de démontrer tout le potentiel de deux des réformes les plus importantes qui ont marqué l’école ces dernières années : le renforcement de l’autonomie et de la flexibilité », a-t-il ajouté.