«Nous avons eu un incendie avec beaucoup d’intensité et ce fut trois heures terribles, de beaucoup de panique. Nous vivons des temps très difficiles », a déclaré António Domingues (PS).

Le maire a également informé que « deux ou trois maisons vacantes » et un « entrepôt avec des machines » ont brûlé à Mogadouro, l’une des zones les plus touchées par l’incendie, qui a débuté dans la commune de Pombal.

António Domingues a également regretté le « peu de moyens » qu’il y avait à Ansião. « Les pompiers étaient en soutien des maisons, mais ils ont démobilisé plusieurs moyens dans la matinée, suite à un bilan qu’ils ont fait et il en restait peu pour la consolidation et les suites. Vers midi, avec les températures élevées, il y a eu des rallumages », a-t-il expliqué.

« C’était trois ou quatre heures de panique. Une peur. Un décor dantesque. Il y avait toujours des maisons en danger et seul un miracle les a empêchées de brûler. Le feu passa même entre les maisons. Les pompiers ont également fait un effort pour protéger les maisons », a ajouté le président, qui est sur le terrain pour évaluer la situation et qui craint d’autres rallumages tout au long de la journée.

Selon António Domingues, le renfort de moyens n’est arrivé que vers 19h00, « alors que le feu était déjà passé de l’autre côté », malgré des demandes insistantes depuis 13h00.

Pour le maire, les incendies sont dus à des « négligences », comme des « travaux agricoles qui ne devraient pas être faits », et par des mains criminelles.

« La police judiciaire est sur le terrain et le lieu du premier allumage a déjà été identifié. Dans la situation où cela s’est produit, il ne pouvait pas s’agir d’une négligence et ce n’était pas un orage résultant d’une situation naturelle », a-t-il déclaré.

L’incendie d’Ansião résulte d’un incendie dans la commune de Pombal, qui s’est déclaré vendredi à 14h50.

Selon le site Internet de l’Autorité nationale d’urgence et de protection civile, à 12h38, il y avait 421 personnels opérationnels au sol, appuyés par 109 véhicules et deux moyens aériens.

Seize des 18 districts du Portugal continental sont désormais sous le coup d’un avertissement rouge, le plus grave, en raison du temps chaud, avec plus d’une centaine de municipalités en danger maximum d’incendie rural, selon l’IPMA.

Les quartiers de Braga, Vila Real, Bragança, Guarda, Viseu, Porto, Aveiro, Coimbra, Castelo Branco, Leiria, Santarém, Lisbonne, Portalegre, Setúbal, Évora et Beja seront sous préavis rouge jusqu’à 00h00 jeudi. la persistance de valeurs extrêmement élevées de la température maximale.

Selon l’Institut portugais de la mer et de l’atmosphère (IPMA), l’alerte rouge correspond à « une situation météorologique à risque extrême ».

En raison de ces conditions météorologiques et de la prévision de faibles valeurs d’humidité relative de l’air, temporairement inférieures à 20% dans de vastes zones de l’intérieur, le danger d’incendie rural présentera les classes maximales et très élevées dans presque tout le nord. et intérieur central et à l’intérieur de l’Algarve jusqu’à la fin de cette semaine.

Cette situation météorologique très chaude résulte de la circulation d’une masse d’air très chaud et sec, originaire d’Afrique du Nord, qui persistera jusqu’à vendredi, avec des valeurs de température supérieures ou très supérieures à la moyenne.

Le Portugal continental est dans une situation d’urgence depuis lundi.

CEJ/(DD/CMP) // JEF