L’Association nationale des jeunes entrepreneurs (ANJE) va investir « un million d’euros » dans la formation des petites et moyennes entreprises (PME), a déclaré son président à Lusa, qui considérait « l’inévitable » qu’Internet est un « bien d’accès universel «  ».

« Nous avons un projet déjà clôturé avec Câmara do Porto, où nous allons » donner environ « 2 700 heures de formation » à « 120 entreprises », pour un investissement « de 50 mille euros », a déclaré Alexandre Meireles dans une interview à Lusa.

«Et notre objectif pour l’année prochaine, je dirais qu’à la fin de ce mandat [que fez um ano na semana passada], deux ans de plus « , c’est » toucher une trentaine de communes et plus ou moins 3 000 entreprises « , a-t-il poursuivi.

Ainsi, « nous avons prévu – entre l’investissement des communes et certaines candidatures que nous avions récemment approuvées – plus ou moins d’un million d’euros pour investir dans la formation des entreprises », a ajouté Alexandre Meireles, qui a déclaré que la stratégie digitale d’ANJE est de répondre  » De l’intérieur du pays, des communes »et essayez de« répliquer »le projet qu’ils mènent avec la Chambre de Porto.

«Nous allons commencer à exécuter le projet [com a Câmara do Porto], nous sommes dans la phase d’identification des entreprises qui vont participer à ce projet, maintenant au cours du mois de mars – la pandémie retarde toujours certains problèmes sur ces points – nous pouvons déjà commencer avec les entreprises sélectionnées », a-t-il ajouté .

Interrogé sur l’existence de secteurs spécifiques d’entreprises, Alexandre Meireles a répondu que non.

«Essentiellement, notre idée a toujours été d’apporter la technologie aux entreprises non technologiques, considérant que le domaine ‘tech’, un domaine de l’entrepreneuriat serait mieux développé au Portugal», avec Web Summit et StartUp Lisboa et toutes ces associations, il a dit.

«Notre objectif principal n’est pas exactement, dans cette première phase, d’aller vers des entreprises spécifiques, mais plutôt de sélectionner des entreprises avec les communes», a expliqué Alexandre Meireles.

La sélection se fait en partenariat, «dans ce cas avec la Câmara do Porto et avec les autres communes ce sera la même chose: l’identification se fait ensemble et puis il n’y a plus de secteur défini, on essaie d’être l’économie traditionnelle et ceux entreprises qui ont besoin de plus de technologie », a souligné le président de l’ANJE.

Le projet de formation ANJE atteindra également les îles, en plus du Portugal continental.

« Nous essayons de comprendre comment nous avons réussi à entrer en contact avec Madère et les Açores », a-t-il déclaré.

Une fois les entreprises sélectionnées, l’étape suivante consiste à apprendre à connaître le métier de l’autre, à «comprendre ce que fait chacun», car il n’y a pas de secteur défini au départ.

Il faut donc essayer «de manière plus globale de comprendre comment on est capable d’aider» et ensuite on entre dans la phase deux, qui est plus sur la transformation digitale, ça a à voir avec l’évolution des processus, la formation au management, qui inclut le marketing et les ventes, sur la façon dont vous pouvez «atteindre plus avec le client».

La phase suivante – les trois – qui consiste à transformer le business model, dans lequel «nous avons déjà plus de digitalisation dans les entreprises, plus préparés», sera travaillée sur la création «d’un nouveau modèle d’organisation, adaptation du profil commercial, stratégies de marketing, créer un ensemble d’objectifs de gestion et des résumés de résultats », en soutenant la gestion des entreprises.

Interrogé sur la réceptivité des municipalités au projet de formation des PME, Alexandre Meireles a répondu oui.

« Nous avons une équipe qui s’occupe de cette question de contact avec les municipalités et nous avons déjà suffisamment de contacts », a-t-il dit, ajoutant qu’il espère que « dans les 15 prochains jours » il pourra y avoir « au moins l’un ou l’autre » accord « déjà en place ».

Ensuite, « nous comptons que l’effet appelé » boule de neige « est également important », a-t-il déclaré.

A l’heure où l’on mise sur la transition numérique et où le pays est confiné, l’asymétrie d’accès à Internet dans le pays est préoccupante et est un problème qu’il faut résoudre.

« Internet doit être une fois pour toutes – et surtout avec ce qui s’est passé maintenant – assumé comme un bien d’accès universel et, par conséquent, de même que l’énergie électrique, tout comme l’eau », a défendu le président de l’ANJE.

« Je pense que c’est la voie à emprunter rapidement car nous ne pouvons pas être vulnérables à une pandémie, quelle qu’elle soit et alors nous avons besoin d’Internet » et il n’y en aura pas, soulignant que c’est un « bien essentiel » , pour couronner le tout à un moment où les élèves accèdent à l’école via «en ligne» pour apprendre.

«Je ne sais pas combien de temps cela prendra [para se tornar universal], mais c’est un chemin inévitable et j’espère que cela arrivera le plus tôt possible », a conclu le président de l’ANJE.

La stratégie de transition numérique d’ANJE vise à accompagner les PME dans leur transformation, en les aidant dans la reprise économique après la pandémie de covid-19.

L’ANJE développera également la Plateforme d’Entrepreneuriat Gaming qui servira à encourager le développement du conseil en stratégie et analyse, la définition d’indicateurs, la diffusion des résultats et la concurrence entre entrepreneurs pour la comparaison et l’amélioration des indicateurs de performance.

ALU // EA

ANJE contenu va investir environ un million d’euros dans la formation des PME apparaît en premier à Visão.