ANA a déclaré aujourd’hui qu’elle analysera les termes juridiques de l’Autorité nationale de l’aviation civile pour rejeter la demande d’évaluation préalable de la faisabilité de la construction de l’aéroport de Montijo, arguant que c’est la meilleure solution.

« ANA analysera les termes juridiques présentés par l’ANAC [Autoridade Nacional da Aviação Civil], qui ne coïncident pas avec les avis juridiques du professeur Doutor Vital Moreira et du professeur Doutor Paulo Otero, joints à la candidature soumise [ao regulador]”Renvoyé à la source officielle de Lusa de l’ANA – Aeroportos de Portugal.

La société qui gère 10 aéroports au Portugal, dont celui de Lisbonne, dit avoir appris aujourd’hui la décision de l’ANAC de rejeter la demande d’évaluation préalable de faisabilité en vue de la construction de l’aéroport complémentaire de Montijo, dit-il, dans la même réponse. à Lusa, continuez à croire que, dans l’évaluation environnementale stratégique, «la solution de Montijo sera celle qui répondra le mieux aux intérêts du pays».

«Il s’agit d’une nouvelle étape dans le processus d’expansion de la capacité aéroportuaire de Lisbonne, qui se poursuivra et qui est fondamentale pour le développement économique et la relance du secteur du tourisme», déclare ANA.

Dans un communiqué, l’ANAC a fondé sa décision sur le fait qu’il n’y a pas d’avis favorable de toutes les communes concernées, comme le prévoit la législation en vigueur.

Conformément à la législation en vigueur, l’ANAC doit procéder à une évaluation préalable de la faisabilité, et la demande doit être accompagnée d’un ensemble d’éléments, parmi lesquels le point f) qui renvoie à «l’avis favorable de tous les conseils municipaux des communes potentiellement concernées , soit par des surfaces non obstruées, soit par des raisons environnementales ».

Selon le point 3 de l’article 5 du décret-loi n ° 186/2007 du 10 mai, «il constitue une base de rejet préliminaire de l’absence d’avis favorable de tous les conseils municipaux des communes potentiellement touchées, comme le prévoit f) du numéro précédent […].

Le processus parvient au régulateur de l’aviation avec deux avis favorables des chambres Barreiro et Montijo, deux défavorables de Seixal et Moita, et aucune présentation d’avis par la chambre Alcochete.

Cependant, dans un communiqué, le ministère de l’Infrastructure et du Logement a annoncé qu’il procéderait à la mise en œuvre d’un processus d’évaluation environnementale stratégique (EES) pour trois solutions de renforcement de la capacité aéroportuaire de Lisbonne, à savoir la solution double actuelle, dans laquelle l’aéroport Humberto Delgado aura le statut d’aéroport principal et d’aéroport de Montijo comme complémentaire, une double solution alternative, dans laquelle l’aéroport de Montijo acquerra progressivement le statut d’aéroport principal et l’aéroport Humberto Delgado comme complémentaire et la construction d’un nouvel aéroport international de Lisbonne au Campo de Tiro de Alcochete.

Dans la même déclaration, le ministère dirigé par Pedro Nuno Santos a déclaré que le gouvernement révisera la législation pour éliminer ce qu’il considère comme un droit de veto pour les municipalités dans le développement d’infrastructures d’intérêt national et stratégique, comme l’emplacement du nouveau aéroport, a déclaré aujourd’hui le ministère de l’Infrastructure.

«Le gouvernement s’est engagé à respecter la solution qui sera identifiée dans l’évaluation environnementale stratégique. En ce sens, et compte tenu du cadre juridique actuellement en vigueur, afin de garantir qu’il dispose des conditions à mettre en œuvre, le Gouvernement favorisera désormais la révision du décret-loi n ° 186/2007 du 10 mai, modifié par le décret-loi n ° 55/2010, du 31 mai, dans le sens de la suppression de ce qui constitue, en pratique, un droit de veto des collectivités locales sur le développement de ces infrastructures d’intérêt national et stratégique », ajoute le communiqué.

LT / JNM // JNM