Dans une déclaration publiée dans le cadre du Forum de haut niveau sur la réinstallation, qui s’est tenu jeudi, Amnesty International (AI) Portugal rappelle qu’elle a envoyé au ministère des Affaires étrangères et au ministère de l’Administration intérieure « plusieurs recommandations pour des actions décisives que le L’UE et les États participant à ce forum doivent prendre des mesures pour permettre le passage et l’évacuation en toute sécurité des Afghans en danger d’Afghanistan et de ses pays voisins.

L’organisation a appelé le gouvernement portugais à faire tout ce qui est en son pouvoir pour garantir les engagements des États participants pour « la réinstallation indispensable des réfugiés d’Afghanistan, mais aussi d’autres pays ».

Il a également appelé les États à suspendre officiellement les rapatriements de tous les ressortissants afghans.

L’organisation rappelle l’importance de faire en sorte que ce forum soit « un tournant » pour réaliser des retraits coordonnés et en toute sécurité des ressortissants afghans à haut risque de représailles de la part des talibans.

Pour que le passage et le départ de ces personnes soient possibles, l’organisation de défense des droits de l’homme présente quelques recommandations, telles que l’augmentation de la capacité des ambassades, des consultants et des délégations dans les pays voisins à délivrer des visas humanitaires, ou des exemptions de visa, tant pour les Afghans en Afghanistan qu’en pays d’accueil, et pour la délivrance de la documentation nécessaire dans les langues locales.

Elle appelle également les États à mettre en œuvre « un traitement flexible et rapide des visas pour les familles, qui facilite leur regroupement », à établir des corridors terrestres dans les pays voisins et à garantir que ces réfugiés bénéficient d’un accueil et d’un statut adéquats dans leurs pays d’accueil.

Amnesty International insiste en outre sur le fait que l’UE et les États participant au forum devraient mettre en place un système de réinstallation et d’admission humanitaire, ciblant les réfugiés afghans vulnérables dans les pays voisins et de transit, leur demandant « qu’ils s’engagent à fournir les fonds nécessaires pour répondre aux besoins de réinstallation et d’évacuation. de ces gens ».

« Ce n’est qu’ainsi que la vie de milliers de femmes et d’hommes qui ont travaillé pour promouvoir et défendre les droits humains et les libertés démocratiques en Afghanistan et qui ont désespérément besoin d’aide peut être sauvée », a-t-elle déclaré.

Amnesty International rappelle également que, depuis que les talibans ont pris le pouvoir le 15 août, elle a documenté des violations constantes des droits humains, qui visent notamment les femmes, les défenseurs des droits humains, les anciens responsables gouvernementaux, les journalistes, les militants de la société civile et d’autres groupes marginalisés.

SO // SB

Le contenu de l’IA recommande d’augmenter la capacité des ambassades et des émissaires à évacuer en toute sécurité les Afghans apparaît en premier dans Vision.