Il est 22h00. Après avoir attendu d’entrer dans le pavillon de l’école primaire Patrício Prazeres, où ils répètent, les 25 hommes et 25 femmes qui défilent dans le quartier Alto do Pina font une « roue » pour écouter les premières instructions du répétiteur Bruno Vidal.

Le début est d’une grande concentration. Rien n’est entendu après que le silence est indiqué, suivi des premiers accords de la musique et du cri « Alto do Pina » par cinquante voix bien accordées.

Les femmes entrent, marchant au son d’un battement de tambour, certaines pieds nus, et prennent leur position.

Puis c’est au tour des hommes. Personne ne parle. Seule la voix de Bruno se fait entendre. Le parrain, Madjer, considéré comme le meilleur joueur de beach soccer, et la marraine, la présentatrice Teresa Guilherme, entrent dans leur rôle avec conviction.

La « bonne énergie » des marcheurs se fait sentir dans l’air. Teresa Guilherme a expliqué à Lusa qu’ils sont « des gamins avec beaucoup de détermination » et que ça fait du bien d’être à leurs côtés « soutenir et, en même temps, s’amuser ».

Elle n’est plus novice dans ces errances, ayant été marraine de la marche « depuis quelques années maintenant ». Bien qu’il reconnaisse le travail que donnent les chorégraphies, c’est avec plaisir qu’il passe ses soirées quotidiennes en répétitions.

« Il y a deux types de parrains et marraines, ceux qui entrent, disent au revoir et apportent leur soutien. Et il y a ceux, comme Madjer et moi, qui dansent et chantent et doivent venir aux répétitions », a déclaré l’animatrice, reconnaissant que l’un des « grands regrets » qu’elle avait était le fait d’avoir été arrêtée pendant deux ans, en raison de la pandémie covid.-19, et ne pas sortir dans la rue pour défiler.

Fier de l’invitation à être parrain, Madjer a reconnu qu’il était « plus facile de jouer au ballon que de marcher », même s’il admet qu’il a dû « beaucoup s’entraîner », tant pour une chose que pour une autre.

« Nous avons tout pour être champions. La barre est trop haute. Ils ont une livraison, tout comme nous, donc rien ne manque. Nous voulons être très rodés avec les marcheurs, qui sont déjà très populaires dans ces déambulations », a-t-il dit, soulignant que c’est avec « beaucoup de fierté et de fierté » qu’il défend la marche de l’Alto do Pina.

Bien qu’angolais et vivant sur la rive sud, Bruno Vidal vit les marches populaires de Lisbonne avec un véritable esprit de quartier depuis 2015, date à laquelle il est arrivé à Alto do Pina à l’invitation d’un ami.

« J’ai été danseur pendant plus de 25 ans et je n’avais jamais fait de marches », a-t-il confié à Lusa, expliquant que c’est « vivre avec amour » ce qu’il ressent d’être devant une marche, qui a été l’une des premières à participer à les marches populaires de Lisbonne, en 1932.

« C’est vivre avec amour, avec passion, vivre avec une grande responsabilité. C’est Alto do Pina, l’une des marches pionnières, sans compter qu’elle est championne en titre et que, Dieu merci, c’était avec moi en 2019″, a-t-il déclaré, reconnaissant la responsabilité de remettre ces « merveilleux » marcheurs en place. un t-shirt ‘Alto do Pina champion en 2022’.

Bruno Vidal a rappelé que le fait que les cortèges ne soient pas sortis deux années de suite dans la rue « a ôté le pain de la bouche » à nombre de ses marcheurs, qui pendant 25 ans ont « en continu » défendu les couleurs du quartier.

« Ceux qui ne connaissent pas Lisbonne ne savent pas qu’elle est vécue avec une grande intensité. J’en ai même la chair de poule rien qu’en en parlant. Et c’est la responsabilité supplémentaire que j’ai. Ce sont des gens qui quittent des familles, des enfants, des maris, certains prennent des vacances exprès pour cela », a-t-il souligné, garantissant qu’il fait de son mieux pour que les marcheurs fassent de leur mieux et parviennent à revalider le titre de champions.

Concernant la chorégraphie, le thème et les costumes, rien n’a été repris de ce qui était prévu pour sortir en 2020, et il y a eu une restructuration.

Bruno Vidal rappelle qu' »on ne peut pas ignorer deux ans et ce qui s’est passé dans le monde » et que le rôle des marches doit aussi être « de raconter dans l’histoire » cela même.

Dès les premières répétitions où tout le monde soulignait à quel point « c’était bon d’être de retour », maintenant la responsabilité « commence à se resserrer un peu », a déclaré le répétiteur, qui voit souvent les visages des marcheurs en ces presque trois mois de répétitions devenir  » plus lourd » ».

Ce visage, cependant, doit être « transformé en grain » pour les rendre « plus disposés à briller et à porter le nom d’Alto do Pina plus haut ».

Marco Campos est l’un des plus anciens marcheurs, avec 33 ans d’expérience. Il est également président du Alto do Pina Gym, responsable de la marche. Il a confié à Lusa que sa vie tourne autour du quartier, des marches et du club, reconnaissant qu’il a plus souffert ces deux années, « sans sortir parader, qu’avec la maladie elle-même, lorsqu’il a attrapé le covid-19 ».

« C’est notre deuxième maison, sinon la première pour moi qui suis ici tous les jours. Je ne peux plus me passer du club, de la marche. Ne pas avoir de marche, atteindre cette date et ne pas avoir cette euphorie que nous recherchions au cours de l’année a été une grande souffrance », a déclaré Marco Campos.

Preuve que la vie du quartier, le club, est intimement liée à celle de la famille, le fait qu’une de leurs filles, Nicole, 14 ans, fait cette année ses débuts dans la marche des anciens, après des années dans la marche des enfants de la « Alto Pininhas ».

Même le fait de devoir se lever tôt pour aller à l’école après avoir répété tous les soirs jusqu’à très tard, n’émeut pas la plus jeune marcheuse, avouant qu’elle le fait par plaisir et qu’à ce titre, elle s’en fiche.

Bien que la pandémie n’ait pas pris fin et que le danger de contagion fasse des victimes dans le groupe, Bruno Vidal s’est dit confiant que les règles de l’Entreprise de gestion du matériel et d’animation culturelle (EGEAC), organisatrice des marches, n’ont pas changé : continuer d’être 48 marcheurs, 24 femmes, 24 hommes et une paire alternative.

« Je pense que l’amour est nécessaire, c’est nécessaire pour notre santé mentale. Nous devons nous réunir et nous embrasser à nouveau. La pandémie a survécu, mais [ficar sem] affections qu’on ne peut pas avoir, c’est marqué à vie. [As marchas] Il manque le Portugal, la ville de Lisbonne et mon quartier », a déclaré Bruno Vidal.

Les Festas de Lisboa ont commencé samedi avec un concert de Tito Paris, après deux ans d’arrêt forcé en raison de la pandémie de covid-19, avec les marches descendant l’Avenida da Liberdade dans la nuit du saint patron de la ville, de 12 à 13 de Décembre Juin.

RCR // MLS