Altice Portugal a confirmé aujourd’hui à Lusa qu’elle entamera, « dans les prochaines semaines », un processus de rupture des contrats de travail par licenciement collectif, dans le cadre du Plan de Réorganisation Intégré, couvrant moins de 300 personnes.

Contacté par Lusa, la source officielle du propriétaire de Meo a expliqué que, « en raison du fait que, malgré le solde positif du programme Pessoa, le plan intégré de réorganisation d’Altice Portugal est toujours en deçà de l’effet escompté, c’est le moment » d’entamer « une nouvelle étape de la transformation de l’entreprise, « en vue de réorganiser, restructurer et rationaliser certains domaines d’Altice ».

Altice Portugal souligne qu’il s’agit « d’une décision difficile, mais qui apparaît indispensable, essentiellement en raison du contexte très défavorable dans le secteur des communications électroniques ».

L’entreprise dirigée par Alexandre Fonseca énumère « l’environnement réglementaire hostile, le manque de vision stratégique du pays, le retard continu, regrettable et profond de la 5G, ainsi que la mauvaise gestion de ce dossier, ainsi que les multiples décisions unilatérales graves. par Anacom [Autoridade Nacional de Comunicações] et d’autres autorités, toujours couvertes par la tutelle, et qui au cours des quatre dernières années ont considérablement détruit la valeur ».

Ce contexte, a souligné Altice Portugal, « renforce et précipite la nécessité de prendre des décisions toujours difficiles, mais qui s’imposent d’emblée sur un marché exigeant, mais dont l’avenir est, à l’heure actuelle, de plus en plus incertain ».

Le choix du mécanisme de licenciement collectif « s’effectue en gardant à l’esprit qu’il s’agit du seul moyen pouvant garantir aux travailleurs l’accès aux mesures de protection sociale, à savoir les allocations de chômage », a ajouté la même source.

Le processus « concerne moins de trois cents travailleurs, qui auront la possibilité d’accepter des conditions de sortie très avantageuses par rapport à celles prévues par la loi », a expliqué une source officielle.

« Nous pensons que cette mesure contribue fortement à renforcer l’efficacité et la durabilité » d’Altice Portugal, « protéger l’avenir des emplois et assurer l’avenir de l’entreprise, qui dirige une industrie responsable de plus de 2% du PIB [Produto Interno Bruto] du pays ».

Par ailleurs, « le président exécutif d’Altice Portugal a annoncé en interne qu’une augmentation de salaire dans l’entreprise est envisagée, de manière transversale, pour être incluse dans la révision de la convention collective de travail ».

Par ailleurs, « compte tenu du fait que la responsabilité sociale interne a toujours été l’un des axes de cette administration, un programme de soutien a été annoncé aujourd’hui, à travers l’attribution de bourses aux enfants des employés qui entrent dans l’enseignement supérieur à l’école 21/22. année, car qui remplissent un ensemble d’exigences, à savoir l’excellence de la qualification dans la moyenne avec laquelle ils postulent », dit-il.

Au cours des deux dernières années, Altice Portugal « a augmenté le nombre d’employés directs » de 5 500, pour un total désormais de 12 500, « et au cours des quatre dernières années, il a intégré près de trois cents jeunes diplômés et masters des universités portugaises dans son personnel. « .

Actuellement, directement et indirectement, le propriétaire de Meo compte 17 000 employés.

ALU // MSF

Le contenu d’Altice Portugal avance « dans les semaines à venir » avec des licenciements collectifs qui apparaissent en premier à Visão.