Le gouvernement et Altice Portugal sont parvenus à un consensus sur l’avenir du réseau du système intégré de réseaux d’urgence et de sécurité du Portugal (SIRESP). Environ deux mois après la fin du contrat de gestion actuel du SIRESP, le ministère de l’Administration interne (MAI) et la société de télécommunications ont convenu de renouveler le contrat du réseau national d’urgence pour 18 mois supplémentaires.

«Il a été convenu entre les équipes que le contrat devra toujours être prolongé pour une période supérieure à un an. Mais, pour ne pas tomber pendant la saison des incendies de 2022, un an ne suffirait pas car nous reporterions le problème. Un consensus de 18 mois a été atteint », a déclaré le président exécutif d’Altice Portugal, Alexandre Fonseca, à TVI à l’issue de la réunion de mardi. Les déclarations du directeur n’ont été transmises que ce jeudi matin.

Alexandre Fonseca a toutefois expliqué qu’il n’y avait qu’un seul accord «en cours et à volonté», donc «il n’y a pas encore de contrat» garantissant qu’Altice Portugal continuera à approvisionner le réseau national de secours, après le 30 juin.

Mardi, MAI a convoqué Altice et la société gérante du SIRESP pour une réunion urgente avec deux points principaux à l’ordre du jour: la présentation de la nouvelle législation pour la gestion du réseau SIRESP, qui pourrait être approuvée par le Conseil des ministres ce jeudi. et préparer la renégociation du contrat actuel avec télécom pendant encore six mois, tandis que le nouveau modèle de gestion du SIRESP est mis en œuvre.

Désormais, avant même la réunion, Altice a fait savoir qu’elle refusait de renouveler le contrat SIRESP pour six mois seulement, compte tenu de la complexité d’un tel contrat. Pour cette raison, aux dirigeants de MAI et de SIRESP SA, Alexandre Fonseca a proposé de prolonger le contrat de 18 mois. Le PDG de télécom a souligné qu’il existe un consensus entre toutes les parties concernées.

«C’est un consensus que, apparemment, les équipes techniques se sont déjà mises d’accord entre elles [SIRESP S.A, Altice e MAI]. C’est donc ce sur quoi nous travaillons », a-t-il déclaré à la station Queluz de Baixo.

Le directeur a également déclaré que «le ministre [Eduardo Cabrita] veillé à ce que la principale préoccupation soit la continuité du contrat ». Cependant, de MAI, il n’y a aucune information sur le résultat de la réunion, ni confirmation qu’un accord a été conclu pour renouveler le contrat SIRESP pour 18 mois supplémentaires.

La semaine dernière, le 14 avril, le président d’Altice Portugal, Alexandre Fonseca, a révélé que la société n’avait «aucun contact de la part du SIRESP» sur la continuité du contrat de concession de service pour la gestion, l’exploitation et la maintenance du réseau SIRESP après juin 2021. Alexandre Fonseca a donc déclaré que le réseau d’urgence «se terminera le 30 juin».

Deux jours plus tard, le ministre de l’Administration interne, Eduardo Cabrita, a assuré que le réseau SIRESP continuerait de fonctionner, après le 30 juin, selon un modèle que le gouvernement avait déjà «dans le processus législatif».

Selon le rapport et les comptes 2020 de SIRESP SA, la société qui gère le réseau SIRESP, «le régime de concession de services pour la gestion, l’exploitation et la maintenance du réseau SIRESP n’a pas été défini pour la période post-juin 2021 et compte tenu de l’état de l’art de la mise en œuvre des nouvelles technologies, il est prévu que le réseau SIRESP continuera à fonctionner de la manière actuelle ».

En octobre 2020, le gouvernement a créé un groupe de travail pour décider du futur modèle du réseau SIRESP. Selon le DN, ce n’est qu’en mars de cette année que le ministre Eduardo Cabrita a signé un ordre de donner suite aux conclusions. Les conclusions ne sont pas encore connues. Le Jornal Económico a déjà interrogé l’AMI sur les conclusions du groupe de travail, mais n’a reçu aucune réponse.

Depuis fin 2019, l’Etat détient 100% de SIRESP SA, société qui gère le réseau SIRESP créé en 2006 dans le cadre d’un partenariat public-privé. L’Etat a repris l’ensemble de l’entreprise après avoir payé sept millions d’euros pour la part des opérateurs privés, Altice et Motorola. Néanmoins, Altice Portugal et Motorola ont accepté de continuer à fournir le SIRESP jusqu’au 30 juin 2021, en respectant la date à laquelle le partenariat public-privé prendrait fin.

Lors de l’acquisition à 100% de la société, l’État, qui contrôlait déjà 33,3% (via Parvalorem), a versé 5,5 millions d’euros à Altice Portugal, pour les 52,1% qu’il détenait dans SIRESP SA (via PT Móveis), et 1,5 millions d’euros à Motorola Solutions Portugal, pour 14,9% du capital de la société qui gère le réseau d’urgence.

Altice est le principal partenaire pour contribuer au fonctionnement du réseau SIRESP, recevant environ 30 millions d’euros par an.

SIRESP SA a enregistré une perte d’environ deux millions d’euros en 2020, 53% de plus que la perte enregistrée en 2019, selon le rapport et les comptes de l’année.