sao-jorge-3938451-1057502-jpg

Nuno Barata a terminé aujourd’hui une visite de travail de cinq jours à São Jorge, où il a déclaré avoir trouvé « des problèmes qui sont bien traités et qui sont un exemple pour le reste des Açores », mais il a également vu « des situations qui ne devraient pas se répéter », notamment dans les domaines « de la santé et de la protection civile ».

« São Jorge est le pire exemple de tous ceux que j’ai jamais rencontrés aux Açores, non seulement en raison du manque de ressources humaines, qui est presque chronique aux Açores, mais en raison du manque d’investissement dans les moyens techniques et les infrastructures », a déclaré le député, s’adressant à l’agence Lusa, critiquant également le « désinvestissement », sur l’île de São Jorge, de l’ancien cadre açorien du PS.

Dans l’enseignement, le député a déclaré avoir trouvé l’Escola do Topo « sans aucune condition décente pour l’exercice de la fonction éducative ».

« C’est un exemple de ce qui ne devrait plus être fait à São Jorge et ne devrait pas être transféré dans d’autres zones de la Région », a souligné l’unique député d’IL au parlement des Açores.

En matière de protection civile, le député a déclaré que « les pompiers de São Jorge », comme « tous les autres sur les îles des Açores, ont un » contrat inadéquat « avec » la protection civile et la région « , dans le concernant l’ambulance service.

« Et la Région penche le ventre en avant, laisse passer le temps et s’accroche aux pompiers qui deviennent sous-capitalisés et incapables de s’adapter aux besoins quotidiens », a dénoncé le parlementaire à Lusa.

Le député a rappelé que São Jorge a traversé « une crise sismovolcanique » « il n’y a pas si longtemps » que, « si cela s’était produit, l’île n’était pas préparée à recevoir même le premier impact ».

Dans le domaine de la santé, le député d’IL/Açores a critiqué « l’abandon » du centre de santé de Velas, le considérant comme « un mauvais exemple à ne pas reproduire sur d’autres îles ».

Pour Nuno Barata, le cas du Centro de Saúde das Velas « est le plus paradigmatique de l’abandon complet du gouvernement précédent », faisant référence au fait que l’actuel exécutif açorien (PSD/CDS-PP/PPM) a bien procédé pour « reformuler le projet » et « ne pas donner suite à des choses mal conçues ».

Nuno Barata a fait l’éloge, en revanche, des hommes d’affaires « engagés » et « sans effort » de l’île de São Jorge.

« J’ai trouvé une communauté d’affaires travailleuse qui a innové, qui travaille sur le tourisme, en tant que secteur émergent avec une grande efficacité, innovation et dévouement, mais qui fait face à l’obstacle du manque de travailleurs qualifiés », a-t-il déploré.

Dans le secteur laitier, le parlementaire a soutenu que « le même problème chronique demeure », puisque l’île « a actuellement le lait le moins bien payé des Açores », mais a salué la gestion d’União de Cooperativas de Lacticínios de São Jorge – « un bon exemple à suivre dans le reste de la Région ».

Le dernier jour de sa visite à São Jorge, le député s’est rendu aujourd’hui à Fajã da Caldeira do Santo Cristo, notant qu’il existe des « problèmes environnementaux pertinents » sur le site qui « doivent être sauvegardés », à savoir le contrôle de l’accès au site et la pêche de la palourde.

Nuno Barata a déclaré que, comme d’autres visites de travail dans d’autres îles, « il prépare une séance d’interrogation pour le gouvernement régional » pour « clarifier toutes ces questions dans un avenir proche » sur São Jorge.