Lisbonne, 06 juil. 2022 (lusa) —

« L’accord que nous avons négocié avec l’ANMP est un bon accord pour tous les maires quelle que soit leur couleur politique, il répond à toutes les revendications qui nous sont parvenues de l’ANMP et des maires eux-mêmes. Tout maire de bonne foi, s’il lit l’accord, soutiendra l’ANMP dans la signature de cet accord », a déclaré Ana Abrunhosa.

Le ministre de la Cohésion territoriale, qui s’exprimait en marge de la 57e édition de Capital do Móvel, un événement organisé par l’Associação Empresarial de Paços de Ferreira (AEPF) et qui se déroule à Lisbonne jusqu’à dimanche, a souligné que si l’accord « c’est un bon accord pour les maires, c’est un bon accord pour le pays ».

Mardi, la présidente de l’ANMP, Luísa Salgueiro, a garanti qu’il y avait une grande convergence et union en ce qui concerne les options qui sont faites avec le gouvernement en matière de décentralisation, ne restant que des « petits détails ».

À l’issue de la réunion du Conseil général de l’Association nationale des municipalités portugaises, Luísa Salgueiro a déclaré aux journalistes que « nous devons maintenant peaufiner certains détails » afin de valider et de signer l’accord qui « enregistre les conditions désormais stabilisées ». .

Aujourd’hui, Ana Abrunhosa a rappelé que la requalification d’un certain nombre d’écoles est prévue, dans un accord déjà conclu en 2019 entre le gouvernement et l’Association nationale des municipalités portugaises, avec une partie des écoles de la liste « a déjà été requalifiée ”.

Selon le ministre, ce qui est dans le projet d’accord de l’ANMP, c’est de requalifier un ensemble d’écoles qui « nécessitent une intervention prioritaire » et que cette liste « est pratiquement close ».

« Par conséquent, l’engagement du gouvernement, réitéré, car il a déjà été pris en 2019, est que les écoles nécessitant une intervention prioritaire qui sont passées de l’administration centrale aux municipalités disposeront d’un programme de redressement et de reconstruction finançant toutes les interventions nécessaires pour faire », a-t-il souligné.

Interrogée sur le délai d’exécution des travaux, Ana Abrunhosa a souligné la nécessité que la convention soit d’abord signée, pour que les travaux puissent ensuite commencer : « ce n’est pas en un, deux, trois ans que des centaines d’écoles sont reconstruites » , a-t-elle souligné.

Ana Abrunhosa a également rappelé que la liste des établissements scolaires à requalifier « est connue des maires », telle qu’elle figure dans le projet d’accord, mais que si une école manque à la liste qui s’avère importante pour qu’elle intervienne « elle pas pour cette raison ». ça ne sera pas supporté », a-t-il assuré.

Selon le Jornal de Notícias d’aujourd’hui, le gouvernement paiera 100% pour les travaux dans les écoles à requalifier, et la liste en cours d’élaboration comprend 458 établissements (42 de plus que dans la dernière version), mais certains ne seront pas pris en compte parce qu’ils ont déjà un financement du programme Portugal 2020.

RCP (CMM) // VAM