1-1-e1669908198824-png

Accident de voiture de Cabrita : l’avocat de la famille de la victime va demander la levée du secret de justice « au nom de la transparence »

L’avocat de la famille de Nuno Santos, l’ouvrier qui, le 18 juin, a été mortellement écrasé sur l’A6 par la voiture du ministère de l’Administration intérieure (MAI), que suivait le ministre Eduardo Cabrita, demandera la levée du secret judiciaire. de l’enquête sur l’accident – ​​entre les mains du GNR et du ministère public (MP). A VISION, José Joaquim Barros a confirmé qu’en ce moment, il « invoque les injonctions nécessaires pour revendiquer et demander la levée du secret de justice » afin de rendre l’enquête « plus rapide et plus transparente ».

L’avocat rappelle que « le secret de justice peut et doit être déclaré pour protéger une enquête », mais considère que cela n’est pas justifié en l’espèce. « Qu’est-ce qui peut perturber une enquête sur un accident de voiture ? En plus des témoins, qui sont entendus à l’enquête, les autres éléments nécessaires dans cette affaire sont simplement le rapport d’autopsie et l’inspection du véhicule. Par conséquent, il n’y a aucune raison juridiquement correcte qui puisse déterminer le secret de la justice dans cette enquête », dit-il.

Il n’y a aucune raison juridiquement correcte de déterminer le secret de cette enquête

José Joaquim Barros, avocat de la famille nuno santos

Deux mois après les faits, toujours aucune nouvelle. Contacté par VISÃO, le GNR confirme que l’enquête reste « en cours » et que, pour l’instant, « il ne sera pas possible d’apporter d’autres éclaircissements ». La police garantit toutefois qu' »elle a développé et développe, aux termes de la loi, toutes les démarches inhérentes à un processus d’enquête sur un accident de la route ayant fait des morts ». Le député a également ouvert une enquête sur l’affaire. Le processus, qui est mené par la Direction des enquêtes et de l’action pénale (DIAP) d’Évora, attend le rapport final du GNR avant de poursuivre.

La famille survit grâce à une pension d’assurance
Deux semaines après l’accident, le ministre Eduardo Cabrita allait rompre un silence (bruyant) pour, à l’époque, adresser ses condoléances à la famille de la victime mortelle, et s’assurer que tout était fait pour la veuve et ses deux jeunes filles (13 et 16 ans). ans) de Nuno Santos – qui était la seule source de revenus du ménage – n’a pas connu de difficultés. « Dans le cadre des fonctions propres de l’Institut de sécurité sociale, des indications ont été données pour mener les contacts qui permettraient de rationaliser les mécanismes d’accompagnement juridique prévus dans ces circonstances », avait-il déclaré, à l’époque, en marge de la cérémonie qui a marqué, à Lisbonne, le 154. Anniversaire de PSP.

L’avocat de la famille accuse désormais Eduardo Cabrita « de ne pas avoir tenu sa promesse ». « Le ministre a dit qu’il accélérerait le processus, mais non seulement il ne l’a pas accéléré, mais nous avons également dû faire face à des choses pathétiques, comme lorsque j’ai demandé une aide juridique pour la fille aînée de Nuno Santos, une étudiante, sans revenu, et j’ai été obligé de prouver qu’elle, en fait, ne possédait pas de biens, tels que des maisons ou des voitures ». Pour José Joaquim Barros « l’Etat n’a pas seulement aidé, mais il a aussi eu pour rôle d’empêcher les choses d’avancer ». « Ce qu’on a vu, c’est de la mauvaise volonté et surtout de la négligence des institutions de l’État. Ma préoccupation initiale était que la famille n’entre pas dans le besoin, car le revenu de Nuno Santos était, en fait, le seul de la famille », se souvient-il.

Cependant, la situation n’a pu s’améliorer qu’en juillet, après que la compagnie d’assurance contre les accidents du travail de Nuno Santos a accepté de verser à la famille une pension provisoire. « J’ai demandé, devant le Tribunal du travail, que la compagnie d’assurance soit convoquée à une conférence avec la famille pour déterminer une pension provisoire. Grâce à des conversations et à la bonne volonté des parties, l’assureur ne s’est pas opposé et verse, depuis un mois, une pension provisoire à la famille », explique l’avocat.

Rappelons que l’accident s’est produit le 18 juin, vers 13 heures, au kilomètre 77 de l’A6 (vers Évora-Lisboa), l’autoroute qui relie Marateca à la frontière de Caia, à Elvas. L’alerte pour l’accident de la route a été donnée aux pompiers à 13h14. Nuno Santos, 43 ans, ouvrier d’une entreprise sous-traitée par Brisa, qui effectuait des travaux d’entretien sur la route, a été renversé par le véhicule – une BMW série 7 2011 – au service du ministère de l’Administration intérieure (MAI), et suivi d’Eduardo Chèvre. La victime était toujours assistée, mais finirait par mourir sur le coup.

Articles récents