NOS a défendu aujourd’hui la démission du président de l’Autoridade Nacional de Comunicações (Anacom), João Cadete de Matos, « au vu des dommages qu’il a déjà causés au pays », l’accusant d’incompétence.

« Si des doutes subsistaient encore sur la profonde incompétence de ce régulateur, les graves déclarations faites aujourd’hui par M. le premier ministre les annule complètement. Au vu des dégâts qu’il a déjà causés au pays, et au vu de cette prise de position, il n’y a pas d’autre alternative pour le président d’Anacom que de présenter immédiatement sa démission, évitant ainsi que le Portugal soit encore plus sacrifié qu’il l’était déjà », a déclaré une source officielle de NOS, dans une note envoyée aux rédactions.

Le Premier ministre a estimé aujourd’hui que le modèle d’enchères pour la cinquième génération de communications mobiles (5G) « inventé par Anacom » est le « pire possible », c’est pourquoi il provoque un « immense retard » dans le développement du réseau au Portugal .

« Nous sommes tous d’accord pour dire que le modèle d’enchères inventé par Anacom est, bien sûr, le pire modèle d’enchères possible. Elle n’en finit pas et retarde énormément le développement de la 5G au Portugal », a répondu António Costa à une question posée par le député social-démocrate Duarte Marques.

« Ceux qui ont construit cette doctrine absolument extraordinaire, qu’il était nécessaire de limiter les pouvoirs des gouvernements pour responsabiliser les organismes de réglementation, devraient réfléchir attentivement à cet exemple des enchères 5G pour voir s’il s’agit du modèle de bonne gouvernance économique du futur », a-t-il ajouté. Costa, à l’issue du débat préparatoire au Conseil européen de jeudi et vendredi à Bruxelles, qui s’est déroulé à l’Assemblée de la République.

Costa a répondu à la question posée par Duarte Marques, qui s’est interrogé sur le fait que le Portugal et la Lituanie sont les seuls pays de la Communauté européenne sans réseau à grande vitesse et s’il serait disponible pour modifier le plan de relance et de résilience (PRR) afin de garantir le numérique transition sur le territoire portugais, « où il y a encore des zones à 1G ».

Le 11 octobre, au 189e jour de l’appel d’offres principal et sur le point de boucler neuf mois, les propositions des opérateurs s’élevaient à 416,8 millions d’euros, dans un cash-flow de plus de 501 millions d’euros.

L’appel d’offres principal a duré près de neuf mois et depuis début juillet il y a eu 12 tours, suite à une modification du règlement des enchères, également contestée par les opérateurs, pour accélérer le processus.

L’appel d’offres principal comprend les opérateurs Altice Portugal (Meo), Nos, Vodafone Portugal, Nowo (Másmovil) et également Dense Air, et vise à attribuer des droits d’utilisation des fréquences dans les bandes 700 MHz, 900 MHz, 2,1 GHz, 2,6 GHz et 3,6 GHz. , après une première phase exclusive pour les nouveaux entrants.

PE (JSD/ALU) // MSF

Le contenu 5G : NOS démissionne du président d’Anacom et l’accuse d’incompétence apparaît d’abord à Visão.