Le vice-président du banc socialiste Pedro Delgado Alves a évoqué aujourd’hui l’action de l’ancien président de la République Jorge Sampaio dans la résistance à la dictature et en tant que bâtisseur de la démocratie pluraliste et a appelé à l’attention sur les citoyens instrumentalisés par le populisme.

« Célébrer le 25 avril, c’est avant tout honorer la mémoire de ceux qui ont résisté, souffert et sont tombés pour que la liberté soit possible. Dans l’année où le nombre de jours en démocratie dépasse le nombre de jours en dictature, cette date a coïncidé avec le 24 mars, jour de la révolte étudiante qui a mobilisé les jeunes contre ceux qui les ont privés de leur avenir », a déclaré Pedro Delgado Alves. dans le discours qu’il a prononcé lors de la séance solennelle de commémoration du 48e anniversaire du 25 avril 1974 à l’Assemblée de la République.

Et cette première référence à Jorge Sampaio a été suivie d’une longue salve d’applaudissements des députés, les socialistes faisant une standing ovation.

Pour l’ancien dirigeant du JS, Jorge Sampaio, décédé le 10 septembre 1962, « il a démontré le 24 mars 1962 qu’il était déjà un homme libre avant l’aube de la liberté, ne s’inclinant jamais devant l’oppression et l’injustice, n’ayant pas peur de prendre des risques alors que ce qui était en jeu, c’était la vie et l’avenir ».

«Depuis ces jours avec des collègues de l’Alameda da Universidade, face à l’arbitraire des cours plénières auxquelles il a été confronté, et dans sa vie de bâtisseur infatigable de la démocratie, de tribun de cette Assemblée, de maire au pouvoir local, ou à la Présidence de la République, Jorge Sampaio rejoint les éternels dont on a tant besoin pour nous rappeler que le respect, la cordialité et la convivialité sont indispensables à la démocratie », a-t-il déclaré.

Par l’intermédiaire de Jorge Sampaio, le chef de file du banc socialiste a ensuite rendu hommage aux républicains, anarchistes, communistes, socialistes, monarchistes, libéraux et démocrates d’autres extractions qui «ont entretenu la flamme de l’espoir d’un Portugal libre, enfin délié, comme Mário Soares exigé » et a contribué à sa réalisation ».

Dans ce contexte, Pedro Delgado Alves a défendu qu’honorer le 25 avril « c’est aussi ne pas oublier que les contradictions et les tensions qui ont été confrontées » en 1974 et 1975 « et risquaient de fracturer le pays pendant le processus révolutionnaire », mais qui « étaient vaincus par les décideurs de l’époque, personne n’excluant, chacun conquérant pour la démocratie, pansant les plaies et privilégiant ce qui nous unit et qui nous rend tous fiers ».

« Ne commettons pas d’erreurs aujourd’hui, hors du temps, où Soares, Sá Carneiro, Cunhal, Freitas do Amaral, Melo Antunes et Ramalho Eanes n’ont pas échoué », a-t-il souligné.

Dans son discours, le député socialiste et professeur d’université a comparé le Portugal d’avant la révolution d’avril et le pays d’aujourd’hui.

« Une fille née en avril 2022 ne sera pas confrontée à un régime qui lui dit qu’elle ne peut pas être juge ou diplomate, qui la soumet à son mari en tant que chef de famille, qui ne la protège pas de la violence et qui détermine son rôle social. d’où il ne peut s’échapper ; une fille née en avril 2022 n’aura pas à défier un taux de mortalité infantile qui fait honte à son pays, et pourra affronter l’avenir avec une espérance de vie de 81 ans, sachant qu’elle aura le SNS à ses côtés pour affronter ce qui vient en avant », a-t-il déclaré.

Pedro Delgado Alves a alors conclu que c’est « grâce au 25 avril que la volonté du pays d’adhérer au projet démocratique européen et de surmonter le retard auquel il était condamné s’est réalisée ».

« Seuls, le dos tourné et de manière individualiste, nous n’aurions pas parcouru autant de décennies en si peu d’années. Seuls, enfermés dans nos frontières, le dos tourné à notre diaspora et aux communautés immigrées qui partagent avec nous leur destin, nous ne nous serions pas enrichis de la même manière. Seuls et le dos tourné à l’Europe ou à ceux qui partagent notre langue, nous n’aurions pas gagné le respect de la communauté internationale et des démocraties du monde », a-t-il affirmé.

Puis il a laissé un avertissement : « A l’heure des menaces populistes et du recours à la simplification de ce qui est complexe pour attiser le ressentiment des citoyens, la qualité des institutions démocratiques n’a jamais été aussi importante, le respect d’autrui n’a jamais été aussi fondamental, la préservation de de l’État-providence n’a jamais été aussi décisif pour nous immuniser contre ces risques ».

« Beaucoup de ceux qui ne sont pas satisfaits de ce qu’il reste à faire, désillusionnés par des rêves encore à réaliser ou insatisfaits de la qualité de la démocratie ne sont pas des ennemis d’Abril, mais courent le risque d’être manipulés ou instrumentalisés par ceux qui le sont » , a-t-il souligné.

Pour Pedro Delgado Alves, « à ce défi intérieur, il y a aussi un besoin de plus en plus urgent de solidarité avec ceux de l’extérieur du monde qui ont besoin de nous dans la défense commune d’un ordre international fondé sur des règles communes, où la loi du plus fort ».

« Il n’y a pas d’esprit d’April dans la force brute pour résoudre les différends, ni dans le non-respect de la souveraineté et de l’intégrité des peuples voisins », a-t-il ajouté, faisant ici référence à l’intervention militaire russe en Ukraine.

PMF // JPS