1-1-e1669908198824-png
antonio-costa-2-8179009-5419648-png

đź”´ En direct. Costa dit que TAP a besoin d’une « plus grande stabilité »

đź”´ En mise Ă  jour

18h29 | Le PS oppose la « confiance » des marchĂ©s internationaux au discours d’opposition (Lusa)

Le leader parlementaire du PS a opposĂ© aujourd’hui les donnĂ©es sur la prime de risque de la dette portugaise au discours de l’opposition sur l’instabilitĂ© et a remerciĂ© son homologue du PSD d’avoir montrĂ© un graphique sur l’Ă©volution de la croissance.

Intervenant dans le dĂ©bat de politique gĂ©nĂ©rale Ă  l’AssemblĂ©e de la RĂ©publique, Eurico Brilhante Dias a cherchĂ© Ă  opposer le discours de l’opposition, notamment celui des forces de droite des socialistes, aux rĂ©sultats du pays en termes Ă©conomiques, financiers et mĂŞme en termes de Ă©migration.

« Dans ce dĂ©bat, une fois de plus, l’Initiative libĂ©rale a parlĂ© d’instabilitĂ©, le prĂ©sident du groupe parlementaire PSD, Joaquim Miranda Sarmento, a parlĂ© de crise politique, et le dĂ©putĂ© AndrĂ© Ventura a parlĂ© de chaos – et nous rĂ©alisons dĂ©jĂ  que le chaos pour Chega it n’existe tout simplement pas dans le BrĂ©sil de Bolsonaro ou aux États-Unis de Donald Trump », a-t-il dĂ©clarĂ©.

Face Ă  ce panorama en termes de discours, le prĂ©sident du groupe parlementaire du PS s’est demandĂ© si « les autres lĂ -bas » en ce sens pour le pays, Ă  savoir si les marchĂ©s financiers internationaux « enregistrent ce que l’Initiative libĂ©rale appelle l’instabilitĂ©, ou la Le PSD appelle cela une crise politique ».

18h17 | Costa : Le consultant engagé par TAP recherche déjà des parties intéressées potentielles

Du cĂ´tĂ© de l’Initiative libĂ©rale, le dĂ©putĂ© Carlos GuimarĂŁes Pinto a interrogĂ© le Premier ministre sur l’Ă©tat d’avancement du processus de vente du TAP, après avoir mentionnĂ© que la vente Ă©tait en cours. « Oui, TAP a embauchĂ© un consultant qui a dĂ©jĂ  rĂ©alisĂ© une Ă©tude de marchĂ© des parties intĂ©ressĂ©es potentielles », a dĂ©clarĂ© AntĂłnio Costa.

18h03 | PSD souligne la perte de pouvoir d’achat des familles sous la direction de Costa

« Lorsque le Premier ministre est arrivĂ© au pouvoir en 2015, il y avait environ 500 000 personnes qui gagnaient le salaire minimum. Aujourd’hui, nous avons presque un million de personnes », a commencĂ© par dire Ricardo Baptista Leite, dĂ©putĂ© PSD, prĂ©cisant qu’ « il y a eu une chute brutale du pouvoir d’achat » et « pas seulement parmi la population active ».

« Pendant que tout cela se passe, les gens n’ont aucun moyen de payer les factures, ils voient les mensualitĂ©s augmenter et ils ne savent pas comment ils vont faire, ils ne savent pas comment ils vont mettre du pain sur la table », a-t-il dĂ©clarĂ©, demandant Ă  AntĂłnio Costa de reconnaĂ®tre que, sous sa direction, le nombre de personnes vivant au salaire minimum au Portugal a plus que doublĂ© et qu’aujourd’hui, il y a moins de pouvoir d’achat.

En rĂ©ponse, le Premier ministre a rappelĂ© que « le Covid-19 n’a pas seulement affectĂ© notre santĂ©, mais la santĂ© de notre Ă©conomie et de notre sociĂ©té ». Pourtant, « malgrĂ© le Covid-19, la guerre et l’inflation, si l’on compare les chiffres d’aujourd’hui avec ceux de 2015, il y a 430 000 personnes de moins en situation de pauvretĂ© ou d’exclusion sociale ». « Le pays ne s’est pas appauvri », a-t-il soulignĂ©.

Concernant la TAP, Ricardo Baptista Leite a dĂ©clarĂ© que si le PSD avait Ă©tĂ© un gouvernement, la compagnie aĂ©rienne n’aurait pas reçu 3 200 millions d’euros des contribuables, « il n’y aurait pas des milliers d’emplois en jeu aujourd’hui » et « Alexandra Reis n’aurait pas quittĂ© la TAP avec 500 000 euros » d’indemnisation.

17h28 | « Le drapeau vert et rouge restera sur les avions TAP »

« Je n’ai ni les conditions ni la volontĂ© de m’immiscer dans le dĂ©bat entre hĂ©tĂ©ronymes de droite », rĂ©pond Costa en rĂ©ponse Ă  Chega, qui critiquait les positions des libĂ©raux et des sociaux-dĂ©mocrates sur la TAP.

Le parti dirigĂ© par AndrĂ© Ventura s’est dit favorable Ă  une injection dans la TAP, pour garder une entreprise phare au service des intĂ©rĂŞts nationaux. Cependant, Chega dit que l’objectif n’Ă©tait pas de laisser la compagnie aĂ©rienne « propre » pour ĂŞtre vendue Ă  des particuliers : « Nous n’acceptons pas cela ».

« Si vous disiez que 3,2 milliards ont Ă©tĂ© utilisĂ©s pour maintenir la stabilitĂ© de l’entreprise (…) vous auriez tout notre soutien ».

Lire la suite

17h22 | Costa considère qu’Alexandra Reis a violĂ© le statut de gestionnaire public (Lusa)

« Je n’ai aucun doute qu’il y a au moins une partie oĂą il y a eu une violation du statut du gestionnaire public – c’est-Ă -dire lorsque l’ingĂ©nieure a Ă©tĂ© nommĂ©e Ă  la NAV. [Navegação AĂ©rea de Portugal] et n’a pas remplacĂ© une partie de l’indemnitĂ© qu’il avait reçue, admettant que l’indemnitĂ© avait Ă©tĂ© lĂ©galement perçue », a soutenu AntĂłnio Costa.

Le Premier ministre s’exprimait lors du dĂ©bat de politique gĂ©nĂ©rale qui se tenait Ă  l’AssemblĂ©e de la RĂ©publique après avoir Ă©tĂ© interrogĂ© par l’unique dĂ©putĂ©e du Peuple-Animaux-Natureza (PAN), InĂŞs Sousa Real, pour savoir s’il envisageait de rĂ©viser le statut de le gestionnaire public « chaque fois qu’il y a intervention de fonds publics comme c’Ă©tait le cas avec la TAP ».

Sur les violations du statut de gestionnaire public, AntĂłnio Costa a commencĂ© par rĂ©pondre au dĂ©putĂ© que toute violation sera Ă©valuĂ©e par l’Inspection gĂ©nĂ©rale des finances (IGF), mais a anticipĂ© qu’Ă  son avis, il y avait une violation.

« Je n’ai aucun doute, il est clair que j’aurais dĂ» le rendre », a-t-il dĂ©clarĂ©.

17h14 | Le PCP demande au gouvernement de faire face aux « intérêts des groupes économiques » (Lusa)

Le leader parlementaire du PCP a dĂ©fendu aujourd’hui qu' »une politique qui fait face aux intĂ©rĂŞts des groupes Ă©conomiques » est une prioritĂ©, le Premier ministre rĂ©pondant qu’il mettra l’accent sur la « continuité » et sur des mesures d’amĂ©lioration des revenus.

« Pour une grande majoritĂ©, la vie s’est dĂ©tĂ©riorĂ©e, mais il y a une minoritĂ© qui entame la nouvelle annĂ©e avec d’Ă©normes avantages : les groupes Ă©conomiques qui, tout au long de 2022, ont obtenu des profits obscènes au dĂ©triment de l’appauvrissement de ceux qui crĂ©ent de la richesse et vivent de leur salaire », s’est dĂ©fendue Paula Santos.

Après avoir Ă©numĂ©rĂ© des cas prĂ©cis de hausse des prix de certains aliments, de l’Ă©nergie et du logement, Paula Santos a dĂ©fendu que ce que les Portugais paient en plus, « va aux profits de la grande distribution ».

« Il y a, en effet, ceux qui gagnent, et beaucoup, avec la connivence du gouvernement. Nous sommes confrontĂ©s Ă  l’un des plus grands transferts de richesse du travail vers le capital, avec la complicitĂ© du gouvernement et des partis Ă  sa droite – PSD, Chega, IL et CDS – qui soutiennent et veulent intensifier », a-t-il soulignĂ©.

« Le dĂ©part d’un membre du gouvernement [a ex-secretária de Estado do Turismo, Rita Marques]après un court laps de temps pour une entreprise de la zone qu’elle surveillait, en plus de constituer une infraction manifeste Ă  la loi, elle rĂ©vèle la promiscuitĂ© entre pouvoir politique et pouvoir Ă©conomique qui est inacceptable », a-t-il exemplifiĂ©.

Paula Santos a soutenu que « la question fondamentale n’est pas les visages des interprètes, mais le contenu et les options politiques du gouvernement », affirmant qu’une prioritĂ© est « une politique qui fait face aux intĂ©rĂŞts des groupes Ă©conomiques, met fin Ă  la spĂ©culation et garantit une juste rĂ©partition des richesses ».

En rĂ©ponse Ă  cette intervention, AntĂłnio Costa s’est dit d’accord avec Paula Santos sur l’idĂ©e que « les politiques sont essentielles », mais s’est dit en dĂ©saccord « sur un point »: « Votre point, c’est le changement, mon point, c’est la continuitĂ© des politiques ».

17h02 | Guerre et inflation : « Nous agissons »

En rĂ©ponse au dĂ©putĂ© socialiste Eurico Brilhante Dias, Costa affirme que « les divers hĂ©tĂ©ronymes de droite ici et Ă  l’Ă©tranger cherchent Ă  Ă©chapper Ă  ce qu’est le dĂ©bat sur la rĂ©alitĂ© concrète », en ce qui concerne la croissance Ă©conomique du pays.

« Nous sommes maintenant confrontĂ©s aux problèmes de la guerre et de l’inflation et nous prenons des mesures », dĂ©clare Costa. « La question Ă  laquelle la droite ne veut pas rĂ©pondre est : que feriez-vous si vous Ă©tiez un gouvernement ? », a poursuivi le dirigeant. « Chaque fois qu’il a essayĂ© de rĂ©pondre, il a mal fait et a montrĂ© oĂą il en Ă©tait. »

16h59 | Le projet de contrôle des responsables gouvernementaux est présenté demain

« J’ai prĂ©sentĂ© une autre solution alternative que le prĂ©sident de la RĂ©publique m’a autorisĂ© Ă  dire qu’il est d’accord et que je soumettrai demain au Conseil des ministres. Vous comprendrez que, par respect pour mes collègues du gouvernement, je ne le dirai pas ici », a dĂ©clarĂ© Costa en rĂ©ponse au dĂ©putĂ© PSD, Joaquim Miranda Sarmento.

16h55 | Ventura veut quitter l’administration TAP, Costa dit que la stabilitĂ© est nĂ©cessaire (Lusa)

Le prĂ©sident de Chega a dĂ©fendu aujourd’hui la dĂ©mission de l’administration actuelle de TAP et a estimĂ© que la responsabilitĂ© de l’entreprise incombe au gouvernement, le Premier ministre dĂ©fendant qu’Ă  ce stade, « la plus grande stabilitĂ© possible » est nĂ©cessaire.

Parmi les critiques de la direction de l’entreprise, le dirigeant de Chega a affirmĂ© que « les indemnitĂ©s ont Ă©tĂ© versĂ©es sans autorisation du ministère des Finances », qu' »il y a des chèques de 450 euros versĂ©s aux administrateurs pour se dĂ©placer » et qu' »1,2 million d’euros par mois pour les avions endommagĂ©s ».

« La TAP est responsable de vous et de votre gouvernement », s’est-il dĂ©fendu, interrogeant le Premier ministre « comment faites-vous pour maintenir la confiance dans cette administration ».

En rĂ©ponse, le Premier ministre a dĂ©clarĂ© qu’il s’agit d’une « phase du processus de cession totale ou partielle de la participation de l’État dans la TAP qui est particulièrement importante et, par consĂ©quent, il est utile et nĂ©cessaire que l’entreprise ait la plus grande stabilitĂ© possible ». .

« Les raisons pour lesquelles il y a eu une intervention dans la TAP sont connues, et je pense que le rĂ´le de l’Etat actionnaire par rapport Ă  l’administration n’est pas de se substituer Ă  l’administration dans les actes de gestion courante, c’est d’Ă©valuer les rĂ©sultats. Nous aurons bientĂ´t les comptes de l’annĂ©e dernière, ce processus est en cours et concernant les actes de gestion isolĂ©s qui peuvent nuire Ă  l’intĂ©rĂŞt public ou qui violent les lois, il existe des mĂ©canismes spĂ©cifiques pour agir par rapport Ă  ceux-ci », a-t-il dĂ©fendu.

16h43 | Costa considère que la situation de l’ancienne secrĂ©taire d’État Rita Marques « est illĂ©gale »

Costa considère que la situation de l’ancienne secrĂ©taire d’État Rita Marques « est illĂ©gale »


Articles récents